Laboratoires SALEM

LES FEMMES AUTISTES

Il existe aujourd’hui un biais de genre dans l’autisme qui amène le monde de la recherche à s’intéresser aux caractéristiques féminines de l’autisme et à l’existence d’un phénotype particulier qui concernerait les femmes.

Ce biais de genre est liée à la manière dont les études autour de l’autisme se sont construites. Les premiers chercheurs à avoir été reconnu pour leur travail sur l’autisme sont les psychiatres Hans Asperger et Léo Kanner. Les différentes études de cas étaient principalement effectuées sur des sujets masculins. Sur les 4 personnes étudiées par Hans Asperger dans son fameux article Autistic psychopathy in chilhood, tous les sujets étaient des jeunes garçons. Dans l’article de Léo Kanner Autistic disturbances of affective contact sur les 11 cas étudiés, seuls trois étaient des jeunes filles.

Depuis cette période, la plupart des études incluant des personnes autistes portent essentiellement sur des sujets masculins. Les comportements décrits dans la littérature sont donc principalement issus d’observation de jeunes garçons ou hommes autistes.

C’est une problématique clé que les instances scientifiques et politiques doivent chercher à comprendre. Ces dernières années, plusieurs études ont émergé et la théorie d’un phénotype autistique propre aux particularités féminines commence à recueillir de plus en plus de preuves étayées par différentes recherches.

Cependant, les recherches portant sur l’influence du genre lors de la manifestation des comportements autistiques et les caractéristiques des femmes autistes n’en sont qu’à leur commencement. Des résultats parfois contradictoires émergent : les recherches de Hartley and Sikora 2009 ont démontré que les femmes avaient de plus grandes difficultés sociales, les recherches de McLennan et al. 1993 ont montré qu’elles en avaient moins et les recherches de Mandy et al. 2012 ont montré des difficultés de communication égales entre les hommes et les femmes.

Ce qui a été par contre démontré par la recherche en tant que spécificité féminine de l’autisme, c’est une meilleure capacité des femmes à mettre en œuvre des stratégies de camouflage dans les situations sociales afin de masquer leurs difficultés (Kenyon 2014, Baldwin and Costley 2015; Cridland et al. 2014; Mandy and Tchanturia 2015; Rynkiewicz et al. 2016)

EN QUOI LES SYMPTÔMES SONT-ILS DIFFÉRENTS CHEZ LES FEMMES?

Les symptômes de l’autisme chez les femmes ne sont pas très différents de ceux des hommes. Cependant, les chercheurs croient que les femmes et les filles sont plus susceptibles de camoufler ou de cacher leurs symptômes(Kenyon 2014, Baldwin and Costley 2015; Cridland et al. 2014; Mandy and Tchanturia 2015; Rynkiewicz et al. 2016). Cela est particulièrement fréquent chez les femmes à l’extrémité fonctionnelle du spectre de l’autisme.

Les formes courantes de camouflage comprennent:

  • Vous vous forcez à établir un contact visuel pendant les conversations
  • Vous préparez des blagues ou des phrases à l’avance à utiliser dans la conversation
  • Vous imitez le comportement social des autres
  • Vous imitez des expressions et des gestes

Alors que les hommes et les femmes autistes peuvent camoufler leurs symptômes, il semble être plus fréquent chez les femmes et les filles. Cela pourrait expliquer pourquoi ils sont moins susceptibles d’être diagnostiqués avec l’autisme.

Il est important de noter que les études examinant les différences entre l’autisme chez les femmes et les hommes ont été très petites ou erronées. Les experts ne disposent toujours pas d’informations définitives sur ces différences, notamment si elles sont réelles ou simplement le résultat d’un camouflage.

EXISTE-T-IL UN TEST D'AUTISME CHEZ LES FEMMES?

Aucun test médical ne peut diagnostiquer l’autisme. Cela peut être un processus difficile qui nécessite souvent la visite de plusieurs types de médecins.

Si vous pensez que votre enfant pourrait être atteint du spectre de l’autisme, prenez rendez-vous avec son médecin. Selon les symptômes de votre enfant, son médecin peut le référer à un psychologue pour enfants ou à un neurologue pédiatrique.

Si vous pensez que vous pouvez avoir un autisme non diagnostiqué, commencez par parler à votre médecin de soins primaires. Un psychologue peut également vous aider à évaluer vos symptômes et à exclure d’autres causes potentielles. En savoir plus sur le processus de collaboration avec un médecin pour obtenir un diagnostic d’autisme.

L’autisme peut être très difficile à diagnostiquer chez l’adulte. Vous devrez peut-être consulter quelques médecins avant d’en trouver un qui comprend vos symptômes et vos préoccupations.

Si possible, essayez de demander aux membres de la famille proche quels signes ou symptômes potentiels vous pourriez avoir manifestés pendant votre enfance. Cela peut aider à donner à votre médecin une meilleure idée du développement de votre enfance.

Tout au long du processus, n’oubliez pas que vous êtes votre principal défenseur. Si vous pensez que votre médecin ne prend pas vos préoccupations au sérieux, parlez-en ou obtenez un deuxième avis. Demander un deuxième avis est courant et vous ne devriez pas vous sentir mal à l’aise.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Archives

1 – ICI

Restons en contact

Nous Suivre

Fermer le menu