27/09/2021

Sommaire :

INTRODUCTION

Les hémorroïdes est une dilatation excessive des veines  autour de l’anus,  accompagnée de douleurs causées par l’inflammation.

Les hémorroïdes font partie de l’anatomie du canal anal et de l’anus. Elles contribuent à la continence (le fait de retenir les selles et les gaz). Les hémorroïdes internes, situées en haut du canal anal, sont sensibles à la pression des gaz et des selles. Elles ne sont généralement pas douloureuses, même lorsqu’elles sont dilatées. Les hémorroïdes externes sont situées sous la peau de l’anus, très sensible à la douleur.

Les causes et les facteurs de risque des hémorroïdes

De nombreux facteurs et différentes causes sont à l’origine des hémorroïdes. Parmi les causes possibles, on peut retenir :

  • une maladie des vaisseaux,
  • une maladie du système d’attache des hémorroïdes à la paroi du canal anal.

 

– La constipation : C’est l’une des  causes principales de la crise hémorroïdaire. Elle entraîne des efforts de poussée, répétés pour l’évacuation des selles. Par ailleurs, la sédentarité et l’absence d’exercice physique peuvent engendrer une perte de tonus rectal et donc favoriser l’apparition des symptômes.

– Le stress : Pourrait être l’un des facteurs de risque de la crise hémorroïdaire.

– La malnutrition : une alimentation pauvre en fibres (donc favorisant la constipation) et très épicée peut causer des troubles hémorroïdaires. Pour limiter les risques d’hémorroïdes, mieux vaut donc consommer des aliments riches en fibres (céréales complètes, fruits et légumes…). 

– La grossesse : Les femmes enceintes sont particulièrement touchées par les hémorroïdes. Ces dernières peuvent survenir au cours des premiers mois de grossesse, mais aussi suite à la poussée réalisée lors de l’accouchement.

Quelles sont les personnes qui présentent le plus de risques ?

Certaines personnes présentent plus de risques que d’autres, d’être touchées par la maladie hémorroïdaire.

–  Les personnes obèses ou en surpoids,

–  les personnes qui sont trop souvent assises,

–  les personnes atteintes de constipation régulière,

–  les personnes qui ne font pas suffisamment d’exercice,

–  les personnes qui exercent une activité physique trop intense (cyclisme, haltérophilie, équitation),

–  les femmes enceintes,

–  les femmes qui viennent d’accoucher.

La dilatation des veines que provoquent certaines maladies cardio-vasculaires, du foie, ou de l’appareil digestif, peuvent favoriser l’apparition de la maladie hémorroïdaire.

Les conséquences des hémorroïdes

Lorsque l’inconfort ou la légère douleur se transforme en douleur intense, c’est habituellement le signe qu’un caillot de sang s’est formé dans une hémorroïde. Il s’agit d’une thrombose hémorroïdaire, douloureuse, mais sans danger. Les symptômes disparaissent normalement en l’espace de 1 ou 2 semaines, à l’aide d’analgésiques et de laxatifs émollients, qui ramollissent les selles. Après la résorption du caillot, il peut se former une petite enflure non douloureuse à l’anus, appelée marisque (seulement en cas d’hémorroïdes externes).

Tahraoui Abir

Tahraoui Abir

Biologiste l Parasitologie

diabète
Diabète

Protégé : La gestion du diabète: la pompe à insuline Medtrum TouchCare® guide d’utilisation complet

Il n’y a pas d’extrait, car cette publication est protégée.

Diabète

Protégé : Maîtriser votre glycémie avec Sibionics® : Guide d’utilisation complet

Il n’y a pas d’extrait, car cette publication est protégée.

Diabète

Révolutionner la gestion du diabète avec la Nano pompe à insuline Medtrum TouchCare®

La surveillance de la glycémie reste essentielle alors que le mois sacré du Ramadan s’achève, laissant place à l’Aïd al-Fitr.