29/09/2021

Sommaire :

INTRODUCTION

Le traitement des hémorroïdes repose sur des analgésiques pendant une à deux semaines.

Dans certains cas, une ligature ou une sclérose des vaisseaux hémorroïdaires distendus, voire une intervention chirurgicale, est nécessaire. Les médicaments dits veinotoniques sont également prescrits dans le traitement des crises d’hémorroïdes. La prévention des rechutes repose sur la prévention de la constipation : hydratation suffisante, alimentation riche en fibres, activité physique régulière.

Les hémorroïdes sont simplement des formations veineuses présentes à l’intérieur du rectum et de l’anus, et au pourtour de ce dernier. C’est lorsqu’elles sont anormalement dilatées qu’on parle de crise hémorroïdaire (ou de maladie hémorroïdaire). Cette pathologie touche autant les femmes que les hommes. Et il existe plusieurs facteurs. Cela peut provenir de problèmes de circulation, d’une constipation, du stress, de surpoids ou encore l’excès d’alcool ou une alimentation épicée. Une grossesse peut également être un facteur déclenchant.

Des traitements par voie orale

– Les médicaments antalgiques, type paracétamol peuvent être utiles pour soulager la douleur, le traitement doit être de courte durée et si les symptômes ne disparaissent pas en quelques jours, il sera nécessaire de consulter son médecin traitant.

– Les anti-inflammatoires non stéroïdiens : uniquement sur prescription médicale pour leur efficacité sur la douleur de la thrombose hémorroïdaire.

– ATTENTION : ne pas prendre de l’aspirine qui augmenterait alors les saignements et éviter les spécialités avec de la codéine qui favorisent la constipation.

– Les médicaments à usage local peuvent être proposés : crèmes et suppositoires en vente libre atténuent la douleur et l’inflammation. Ils contiennent en général des analgésiques locaux aux propriétés apaisantes. D’autres crèmes délivrées sur ordonnance sont plus à visée anti- inflammatoire et contiennent alors de la cortisone.

– Les laxatifs : attention, uniquement sur conseil du pharmacien ou du médecin, car ces laxatifs ne doivent pas être irritants pour la zone anale donc des laxatifs appelés osmotiques ou de lest seront conseillés.

– Les veinotoniques peuvent être utilisés en cure d’une courte durée pour favoriser la circulation veineuse et soulager alors la zone anale.

Conseils et soins de base

– Les hémorroïdes sans gravité se résorbent souvent sans qu’un traitement soit nécessaire. Il suffit souvent d’adopter de saines habitudes de vie et d’avoir une bonne hygiène pour que l’inconfort lié aux hémorroïdes disparaisse.

– Il est important de se laver (bain ou douche) quotidiennement.

– Bien nettoyer la région anale avec un linge doux imbibé d’eau après la défécation.

– Éviter le papier hygiénique parfumé.

– Éviter les sous-vêtements en fibres synthétiques.

– Essayer autant que possible d’exclure les aliments irritants de votre alimentation. L’alcool, la caféine et les épices au goût prononcé sont à proscrire. Une trop forte consommation de fibres alimentaires n’est par ailleurs pas recommandée pendant les crises, même si les patients souffrant d’hémorroïdes ont avantage à consommer suffisamment de fibres pour prévenir la constipation.

Tahraoui Abir

Tahraoui Abir

Biologiste l Parasitologie