Laboratoires SALEM

C'est quoi le cancer de la prostate ?

IL y a plusieurs méthodes thérapeutiques, qui sont possibles et choisies en fonction de l’âge du patient, de son état général ainsi que du degré d’évolution du cancer, localisé ou métastatique.

 

La surveillance active :

La surveillance active est toujours décidée avec l’accord du patient, une fois que les intérêts et les limites de cette option lui ont été présentés. Le patient est alors suivi régulièrement. La fréquence de la surveillance est définie par l’équipe et repose sur plusieurs examens : toucher rectal, dosage du PSA et biopsie prostatique. Si des symptômes ou des signes d’évolution sont repérés, un traitement est proposé.

Pour les patients ayant une tumeur localisée et qui choisissent un traitement immédiat plutôt qu’une surveillance active, deux options existent : la prostatectomie totale ou la radiothérapie. Pour les tumeurs à faible risque, la curiethérapie peut aussi être proposée en alternative. Les avantages et inconvénients de chaque technique sont systématiquement présentés par le médecin et discutés avec le patient.

 La prostatectomie :

 C’est l’un des traitements de référence des cancers de la prostate localisés. Pour les tumeurs localisées à faible risque, elle peut être associée à un curage ganglionnaire. Ce curage est systématique pour les tumeurs à risque intermédiaire et à haut risque de récidive.

L’intervention proposée est une prostatectomie totale, dite aussi prostatectomie radicale. Elle vise à retirer toute la prostate ainsi que les vésicules séminales. Dans certains cas, les ganglions lymphatiques voisins sont également enlevés ; on parle alors de curage ganglionnaire. Cette opération est pratiquée par un urologue.

La radiothérapie :

La radiothérapie est un traitement locorégional des cancers. Elle utilise des rayonnements ionisants qui détruisent les cellules cancéreuses en les empêchant de se multiplier. Elle consiste à diriger précisément ces rayonnements (appelés aussi rayons ou radiations) sur la zone à traiter, tout en préservant le mieux possible les tissus sains et les organes avoisinants, dits organes à risque (notamment la vessie et le dernier segment de l’appareil digestif : rectum et canal anal). Ces rayonnements sont produits par un appareil appelé accélérateur de particules. Ils sont dirigés en faisceaux vers la prostate pour atteindre, à travers la peau, la tumeur ainsi que les ganglions voisins.

La curiethérapie : 

La curiethérapie est une méthode de radiothérapie par laquelle les rayonnements sont délivrés localement grâce à l’implantation de grains d’iode radioactifs au niveau du tissu prostatique, à travers le périnée.

Elle est proposée au patient atteint d’un cancer de la prostate localisé à risque faible ou modéré.

L’implantation est pratiquée au bloc opératoire sous anesthésie générale. L’opération, qui dure près de deux heures, nécessite une hospitalisation de trois jours environ. Elle est faite sous contrôle échographique en insérant des aiguilles à travers le périnée jusqu’à la prostate. Celles-ci vont permettre de déposer les grains radioactifs au contact de la tumeur. Les aiguilles sont ensuite retirées et les grains radioactifs laissés en place durant plusieurs mois.

L’hormonothérapie :

On a souvent recours à l’hormonothérapie pour traiter le cancer de la prostate. L’hormonothérapie administrée pour le cancer de la prostate réduit la quantité d’androgènes (hormones mâles) ou empêche les androgènes d’être utilisés.

Les androgènes, comme la testostérone, aide les cellules du cancer de la prostate à croître. Les androgènes contrôlent l’apparition des caractéristiques physiques mâles, comme la voix grave et la pilosité faciale et corporelle. Les androgènes sont produits surtout par les testicules.

On peut avoir recours à des médicaments ou à la chirurgie pour bloquer la production ou les effets des androgènes comme la testostérone. Employée seule, l’hormonothérapie ne permet pas de guérir le cancer de la prostate, mais elle peut réduire la taille des tumeurs, ralentir la croissance des cellules cancéreuses et vous aider à vivre plus longtemps.

Tahraoui Abir

Tahraoui Abir

Biologiste l Parasitologie

Archives

Nos derniers articles